English |  Deutsch |  Français |  Italiano |  Español
Archives historiques - 
Recherche:

Utilisez le signe + pour séparer les mots.
Période: Jour Mois Année Jour Mois Année
De 19
A 19
 
Filtrer les résultats: Emission Langue
Chroniques du jour (CJ) - 01 JAN 1941 - Français
     [CJ-1941-01-01-FR]


Télécharger les fichiers

Aperçu rapide de l'OCR:
Revue du jour 1er janvier 1940 Perrin
Mesdames et essieurs,
Veuillez écouter notre première chronique de l'année—
nouve- ¿V-r~, *j , A **J X&*Ï&A«4»*-J** *&*"'I
YàiAA ¿a ku Àtx année 1940 II'UMI MIIT I íÍMéI 1 M lii n il Oj. in
tu communiqués ji'aujourd ui
l ÍL tAtiMA, nUtáK M Pe La ,
raido o t oc bqjnb-;
d engagements sur lea-dTfferents f'rroonnttss.., sans ttoouuttefois aontionnor de faits
décisifs ou même-particulierement importaÄ**"; '
Dans tous les pays, on s'est demandé ce qufapporterait
1941* et la réponse à cette question n'ouvre pas partout de très riantes perspectives.
Ainsi, dans son allocution radidiofiiffusée, le maréchal Pétain a mis
la France en face des difficultés qui l'attendent. "Nous aurons faim, a dit
a son peuple le chef de l'Etat français, parce que la guerre nous a enlevé
une part importante de nos récoltes. Le "blocus nous prive d'un ravitaillement
i, dans les années précédant la guerre se chiffrait par yiaxxÄHXJäxmiliions
de tonnes de denrées de toute espèce et de toute provenance. La guerre continue
ainsi que le blocus, il ne HEHsxaBHäKEXXBxx dépend pas de nous de la
faire cesser. Mais, demain nous remporterons une premiere victoire, nous remplacerons
la critique par l'effort? Après s'être adressé aux paysans et aux
ouvriers, aux populations de l'empire et aux prisonniers de guerre, le maré
chai a conclu: "La France continue, Bonne année, mes chers amis".
En Angleterre, après le bombardement dendres qui,
dans la nuit du 29 au 30 décembre a provoqué tant d'incendies dans la cité, le
gouvernement a décidé de créer, pour chaque groupe de maisons et de locaux
commerciaux, un corps de sapeurs pompiers composé; des chefs et des employés
de l'entreprise. Il s'agit là d'une sorte de service obligatoire de défense sac;
ntre l'incendie qui doit alléger la tâche de la défense aérienne passive,
dans des cas comme celui qui s'est présenté il y a quelques jours.
Pour notre pays, le fait important de la journée fut
y* EJSSl du département politique
1'allocution prononcee«e par M. Pilet-liolaz, xatt) qui rut president de la Confedération
pour 1940, allocution suivie de celle que prononça le nouveau président
de la Confédération, M. Wetter. Hous les retransmettrons toutes deux
dans un instant, pour ceux de nés auditeurs qui n'ont pu les entendre à 13
Bans la matinée, comme toutes les années, le président
de la Confédération a reçu XMXXHKHX à l'occasion du Houvel- n, les voeux
-"il -jfcflTirai 1 nil 4- de l'armée, du corps dplomatique et des autorités bernoises.
La cérémonie se passe ZXHX au palais dt parlement dans le salon du Conseil fédéral.
Elle est fort simple, sans grand apparat, sans déploiement de troupes.
Devant le palais seuls, deux majestueux gendarmes bernois
se tiennent au garde-à-vous. Le grand vestibule est abondamment garn îe plan-
* tes vertes et fleuris de somptueuses gerbes d'oeillets rouges et blancs. Des
huissiers portant bicorne et l'ample manteau aux couleurs fédérales se tiennent
au haut du grand escalier. Les salons de réception eux-mêmes n'ont d'autres
décorations que des fleurs m disposées avec beaucoup d'art par un T*lfcji
maître-jardinier. La simplicité, sous cette forme, est en même temps un hommage
à la terre et à ce qu'elle produit de plus beau»
Peu avant 10 heures, c'est le général Guisan qui et arrivé le premier au
palais fédéral pour présenter au président de la Confédération les voeux de
l'armée. Puis les délégations du gouvernement cant.nal bernois, du ürand Conseil
et de la municipààité sont arrivées dans les traditionnels landuus, tirés
Eaxxstx chacun par deux superbe chevaux. Chaque délégation était précédée de
son huissier xsx vêtu de rouge et de noir, les couleurs du canton et de la
.lie de Berne. P-is, sont venus, ssxk les uns après les autres, les chefs
des missions diplomatiques, la plupart d'entre eux accompagnés de leurs principaux
collaborateurs, en particulier des attachés militaires. Ce fut, ju.qu'
après midi, un va-et-vient d'uniforme rutilants ou d'habits.
Une fois la cérémonie terminée, Ä. Wetter fit remettre sa carte de visite
au siège des missions diplomatiques.
Plaise au ciel que tous les voeux échangés en cette circonstance se réalisent
pour notre pays et pou» le monde.
Et maintenant, Mesdames et ssieurs, nous vous prions d'écouter l'allocution
de k. Pilet Golat, conseiller fédéral ejxe suivra celle de M. *etter, président
''e la Confédération pour 1941.
v.1.09