English |  Deutsch |  Français |  Italiano |  Español
Archives historiques - 
Recherche:

Utilisez le signe + pour séparer les mots.
Période: Jour Mois Année Jour Mois Année
De 19
A 19
 
Filtrer les résultats: Emission Langue
Chroniques politiques et culturelles (CP) - 03 JAN 1940 - Français
     [CP-1940-01-03-FR]


Télécharger les fichiers

Aperçu rapide de l'OCR:
.Un événement survenu les derniers jours de l'an mérité ¡tout
spécialement de retenir votre attention. Il démontre, en effet, plus
clairement que tout autre le sens de la neutralité suisse, neutralité
qui ne peut se comparer à nulle autre. Cette maxime politique regarde
avant tout l'état et ne touche que dans une mesure réduite les individus
et leurs opinions personnelles. Aussi l'opinion publique a-t-elle
accueilli avec une satisfaction marquée la déclaration du Conseil fédéréal
qui, en envoyant une somme importante à la Croix-Souge finlandaise,
a précisé que ce don devait être considéré comme"l'hommage de
respect et de gratitude d'un petit pays décidé à garder son indépendance,
envers l'héroique Finlande qui lutte -gentre les plus hautes
valeurs spirituelles et verse son sang pour défendre avec ses libertés
la cause de l'humanité tout entière." Notre peuple tout entier a pensé
que ces paroles devaient être prononcées, car notre neutralité de comportera
gamais pour nous une démission morale, n'entraînera jamais le
mutisme de notre conscience.
Je crois que je ne saurais mieux faire pour vous faire sentir
les sentiments qui régnent dans notre peuple, que de vous citer quelques
passages d'un article remarquable paru dans le Journal de Genève
du 1er janvier. Le rédacteur en chef de ce quotidien s'exprime ainsi:
"La neutralité n'est qu'un des éléments de nôtre politique et elle
n'implique ni mutisme, ni licence d expression, mais l'examen critique
et objectif de tout ce qui intéresse la civilisation. Nous nous rabaisserions-
et nous diminuerionssnos chances de vivre - en l'interprétant
comme un désintéressement de ce qui se passe dans le monde, comme une
sorte de démission forcée. Car, enfin, il faut bien nous rendre compte
que mous subsistons parce que les principes qui sont à la base de notre
Etat trouvent encore des appuis en Europe.Si nous renoncions à défendre
ces principes, dès qu'ils sont attaqués, en quelque point du globe,
nous préparerions notre propre linceul." Revenant un peu plus loin sur
ces vérités essentielles, l'auteur de cet article ajoute:" La lutte
constante pour les valeurs morales et politiques, pour l'honnêteté intei
nationale constitue un aspect - et l'un des plus importants - de notre
défense spirituelle Si nous voulons collaborer à la reconstruction
de l'Europe, eh y apportant le capital de notre expérience, il importe
que, dans les temps difficiles que nous traversons, nous ayons la fierté
et l'audace de soutenir, en toutes circonstances, les principes que
nous désirons voir triompher."
Mesdamesset Messieurs, je ne veux rien ajouter à ces remarques.
ue langage est celui que nous aimons à entendre, il exprime mieux que
tout autre les exigences de notre conscience nationale et de nos conceptions
v.1.09