English |  Deutsch |  Français |  Italiano |  Español
Archives historiques - 
Recherche:

Utilisez le signe + pour séparer les mots.
Période: Jour Mois Année Jour Mois Année
De 19
A 19
 
Filtrer les résultats: Emission Langue
Chroniques politiques et culturelles (CP) - 05 JAN 1942 - Français
     [CP-1942-01-05-FR]


Télécharger les fichiers

Aperçu rapide de l'OCR:
Suisses d'outre-mer 5 «Janvier 1942 Perrin
Permettez moi tout d'abord de souhaiter que vous ayez
commence l'année dans les conditions les meilleures qui puissent être
celles des temps que non3 vivons. Dans notre pays, le passage d'un an
à l'autre fut des plus calmes. La plupart des Hrofcxejucx administrations
publiques et des entreprises privées avaient fait ce qu'on appelle le
pont, de sorte que nombreux furent les amateurs de sport et de gt nd air
qui, du 31 décembre au r anvier qn ni-y purent profiter de la montagne et
Aussi, les événements politiques ont-ils été rares, durant
la semaine écoulée. AxaKfcxáx Bans la dernière séance qu'il a tenue,
le— ©"-detrefllBFS", le Conseil fédér 1 a approuvé la lfre des promotions Jgix
ifcx xajiitx SSxB&XxJfcÄ d'officiers supérieures proposée par le département
militaire. Nous y relevons le nom d'un nouveau síAiajoai divisionnaire,
le colonel Fritz Gubler, commandant depuis le mois de mai 1939 de la zone
fortifiée de Sargans. Le colonel Gubler, âgé de 54- ans commença sa carries?
re militaire dans l'artillerie de forteresse °+ Jhit u, ° pariJ.&tt3»4»a* n -.
4oint—da 1 ladmj uxa±xa£axLXLJÎâ3_J&x£a ñ !AirolfV.'Fir) 1920, il avait passé au
service de l'instruction des troupes de forteresse. Gomme lieutenant-colonel,
il commanda un régiment d'artillerie motorisée.
Le Conseil fédéral a également pris diverses mesures concernant
le régime de la presse. I a soumis à un controle les écrits traitant
de questions politiques, militaires ou économiques, publiés en Suisse
sous forme de livres ou de brochures. I s'agit donc de publications occasionnelles
et non d'articles de reTn.es ou de journaux. Un autre arrêté
précise les conditions dans lesquelles il est permis de créer un nouveau
journal. I1 avait fallu, au début de la guerre, interdire la publication
de feuilles nouvelles, afin d'éviter que la propagande étrangère ne put,
par ce moyen, travailler l'opinion publique suisse, comme ce fut le cas
durant la précédente guerre. *M U9UM* Afid, LtCiï* fr4*y *+ *«ct,fi¿, * 4m*V
* Puis, le 1er janvier, le président de la. Confédération,
M. Tîtter, a reçu ISTXXJOHKH dans les salons du palais fédér 1, les voeux du
général, d s autorités bernoises, puis du corps diplomatique. A 13 heures,
le premier magistrat du pays a pi4iTonoi5j ••» aiA—yawa allouutirjn au peuple
suisse«¿4t* l *Ji(fa¿£, 1 a&**•$$+ &'.
i Vous pourrez 1'entandre tout à l'heure, KKHKBZLEBB telle que nous l'a.vo s
enregistrée à votre intention. Je citer i toutefois les passages princip
lux, luisque M. Et ter s'est exprimé en allemand.
Après avoir rappelé que nous .voris encore le privilège de poursuivre
notre travail dans la paix, le présid nt de la Confédération a diti,
"N us uensons avec compassion aux souffrances et aux sacrifices d'autres
peuples, nous pensons aux enfants dont les pères et les frère3 sont sur
les champs de "bataille, nous pensons aux mères qui tremblent pour leurs
maris et leurs fils. Noue nous inclinons devant les sacrifices de ceux
qui ont faim et froid et q"; souffrent dans leur*ame et dais leur corps.
Ces dures épreuves, que nous nous efforçons d Jatténuer d ris la mesure de
nos moyens, ces dures épreuves nous ont été épargnées. Mais, notre route
à nous evient toujours plus étroite, plus rxxaxxadbqaxnoi escarpée et plus
dure. St «je faillirais à mon devoir, si je ne vous rappelais pas, au sauil
de cette année nouvelle qu'à vues humaines, n ous allons au-devant de diff
ficultés plus grandes encore, surtoxit dans le domo i ne économique. C'est
pourquoi, paysans et ouvriers doivent redoubler d'efforts PHKHBLXïX st
collaborer àcïhïK pour que le pays et son sol produisent davantage.
II. Etter a dit ensuite qu'il ne ser it pas possible au gouverneme t
d'épargner au peuple de nouvelles privations, mais que le seul souci des
autorités é ait de ¿OCîIMSX lui donner du travail et du pain et de maintenir
la Suisse dans la liberté et l'honneur, au milieu de la tourmente.
Bi 194O fut l'affirmation de l'unité nationale, 1941 celle du patriotisme
ravivé par les grands souvenirs de 1291» 1942 doit être l'affirmatio
de la solidarité confédérale et chrétienne, de la justice sociale» enfin
de la confiance dans les destinées du pays.
Et M. Etter plaça cette année nouvelle sons la garde du Tout-Puissari
et du bienheureux Meólas de Plue, protecteur du pays.
Terminons cette chronique en rappelant un petit fait, bien caractéristique
de notre vie nationale. Le 1er janvier 1942, la commune de 3iasca,
dans le Tessin a fêté les 65O ans de sa charge de liberté. C'est en
effet le 1er janvier 129Í» donc cinq mois après la conclusion du pacte fédéral,
que la petite commune tessinoise reçut un do cument l'affranchis san
de la tutelle féodale d'une puissante famille de Locrno. C'est là un des
événements significatifs du grand mouvement de libération des communes,
que l'on constate au 13me siècle, dans le nord de l'Italie et dans certain
nés régions de l'Allemagne, mais qui n'a donné de résultats durables qu'au
coeur des Alpes, puisqu'il a abouti, financement, à la constitution d un
"PI tat! "In Rui BHP.
v.1.09